Thumbnail

Expéditions Pristine Seas

Blancpain was a frontrunner in the support of the Pristine Seas initiative as founding partner from 2011 to 2016. Lead by National Geographic Society's Explorer-in-Residence, Dr. Enric Sala, the Pristine Seas expeditions were dedicated to exploring and protecting the precious few remaining truly unspoiled, wild ocean areas on Earth. The expeditions studied and filmed these areas as part of the effort to educate the public and governments on the value and uniqueness of their ecosystems and to secure governmental pledges to protect them. The program helped protect marine areas in the United States, Chile, Gabon, Kiribati, Palau, Costa Rica, French Polynesia, the Seychelles, northern Greenland, and South America's Patagonia region. The most recent (established in 2017) is the Revillagigedo Archipelago in Mexico. It represents 148,000 km2, making it the largest marine protected area in North America

Clipperton Atoll

L’objectif du projet Pristine Seas est de localiser, recenser et protéger les dernières régions vierges au sein des océans. Il est essentiel de sensibiliser les populations à l’existence de ces régions isolées, aux dangers qui les menacent et à la nécessité de les sauvegarder. Pour cela, le programme Pristine Seas de National Geographic, en collaboration avec le gouvernement français, a mené une expédition de 16 jours sur l’île Clipperton en mars 2016 afin d’évaluer de façon exhaustive la santé de cet environnement marin largement inconnu et de produire un documentaire sur cet écosystème unique. Plusieurs plongées sous-marines ont permis d’inventorier la flore et la faune en eaux peu profondes, des caméras stéréo équipées d’appâts ont facilité l’analyse des espèces pélagiques et des caméras larguées de National Geographic, ainsi qu’un sous-marin pouvant accueillir trois personnes, ont permis d’explorer les environnements en eaux profondes. Nous avons également utilisé des balises acoustiques et satellites afin de suivre les déplacements des grands prédateurs, comme les thons et les requins. Les résultats de cette expédition sont actuellement utilisés pour mettre en lumière l’écosystème marin unique de cet atoll, en particulier dans les zones pélagiques et en eaux profondes, des lieux qui n’avaient encore jamais été étudiés. Les résultats ont permis d’informer le gouvernement français sur les mesures de conservation à adopter, s’agissant de la seule région du Pacifique tropical oriental actuellement non protégée.

Revillagigedo Archipelago

L’objectif du projet Pristine Seas est de localiser, recenser et protéger les dernières régions vierges au sein des océans. Il est essentiel de sensibiliser les populations à l’existence de ces régions isolées, aux dangers qui les menacent et à la nécessité de les sauvegarder. Situé à environ 400 km des côtes de la Basse-Californie, l’archipel des Revillagigedo est constitué de quatre îles volcaniques : Socorro, Clarion, San Benedicto et Roca Partida. En 1994, elles ont été déclarées réserve de la biosphère mexicaine, mais cette zone protégée est limitée à un rayon de six milles nautiques autour de l’archipel. Le reste de la région subit les assauts de la pêche industrielle et sportive, qui cible notamment les grands prédateurs marins.

Last Ice Area

L’objectif du projet Pristine Seas est de localiser, recenser et protéger les dernières régions vierges au sein des océans. Il est essentiel de sensibiliser les populations à l’existence de ces régions isolées, aux dangers qui les menacent et à la nécessité de les sauvegarder. Les projections climatiques prévoient la disparition totale de la banquise d’été arctique en 2040, à l’exception d’une région : le « dernier refuge de glace », au nord du Groenland et de l’île d’Ellesmere dans le Nunavut, au Canada. Cette région abritera selon toute probabilité la plus grande concentration de faune arctique dépendante de la glace pour survivre, comme les baleines boréales, les phoques, les narvals et les ours polaires. Moins de glace, cela signifie également une extension vers le nord de la zone de pêche, des voies maritimes et des activités minières et de forage. Ces menaces émergentes affecteront non seulement la faune mais également les communautés inuites qui dépendent traditionnellement de ces animaux pour se nourrir, se vêtir, s’abriter et se chauffer.

Galápagos Islands

L’objectif du projet Pristine Seas est de localiser, recenser et protéger les dernières régions vierges au sein des océans. Il est essentiel de sensibiliser les populations à l’existence de ces régions isolées, aux dangers qui les menacent et à la nécessité de les sauvegarder. Les îles Galápagos sont un paradis de biodiversité et d’endémicité, sur terre comme en mer. Région unique et irremplaçable, elle abrite 57 espèces présentes sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Autre caractéristique unique de ces îles : la coexistence inhabituelle d’espèces tropicales, tempérées et typiques de l’océan Pacifique sud, réunies dans une région relativement peu étendue. Cette configuration n’est possible que dans une région où les eaux côtières sont profondes, les courants forts et les remontées d’eau riches en nutriments, ce qui offre un environnement propice à l’épanouissement de 2 900 espèces de poissons, d’invertébrés aquatiques et de mammifères marins, dont 20 % sont endémiques. De plus, on y dénombre 11 espèces d’oiseaux marins endémiques (et 23 espèces migratoires), ainsi que la seule espèce d’iguane marin au monde.
Les îles Galápagos sont l’une des principales destinations pour le tourisme de nature et un moteur économique d’importance pour l’Équateur.

Selvagens Islands

En septembre 2015, l’équipe de Pristine Seas a exploré les îles Selvagens, réalisant ainsi l’un des premiers inventaires des écosystèmes sous-marins de l’archipel (à toutes les profondeurs) et des vidéos documentant la biodiversité qui les entoure. Situé à mi-chemin entre Madère et les îles Canaries dans l’Atlantique Nord, ce petit archipel est le territoire portugais le plus austral. Il est composé de deux îles principales et de multiples îlots. Témoignage de leur importance en tant que lieu de nidification pour de nombreuses espèces d’oiseaux, les îles Selvagens ont été classées réserve naturelle en 1971. Toutefois, on ne sait que peu de choses sur l’environnement pélagique de ces îles. Les eaux qui les entourent font partie du Parc naturel de Madère. Elles sont protégées sur un rayon de moins de 20 km et jusqu’à une profondeur de seulement 200 mètres. Lors de notre expédition, l’équipe de Pristine Seas a effectué des plongées et utilisé des caméras stéréo avec appât ainsi que des caméras larguées de National Geographic pour inventorier respectivement la flore et la faune en eaux peu profondes, les communautés pélagiques et les environnements en eaux profondes.
Cette expédition a été menée en partenariat avec l’Université d’Australie-Occidentale et la Waitt Foundation.

Outer Seychelles Islands

Situées au nord de Madagascar dans l’Océan Indien, les Seychelles sont un archipel isolé de 115 îles. Célèbre destination touristique des stars, elles regorgent de trésors naturels de grande valeur. Les îles seychelloises extérieures abritent de véritables mondes miniatures préservés, des environnements vierges où la faune et la flore sont abondantes.
Lors de sa première expédition en 2015, l’équipe de Pristine Seas s’est rendue sur les îles Aldabra et Cosmoledo pour explorer leur environnement marin encore inconnu. Cette équipe internationale de scientifiques et de réalisateurs a répertorié et enregistré sur vidéo la vie sous-marine abondante de la région, depuis les organismes les plus minuscules jusqu’aux plus gros, des microbes à la mégafaune.

Le gouvernement des Seychelles a désormais toutes les cartes en main pour décider de protéger ses atouts maritimes uniques. Il pourrait créer la seconde réserve marine la plus vaste de l’océan Indien. À l’exception d’une étude précédente réalisée sur l’atoll Aldabra, aucune évaluation exhaustive des ressources marines n’avait été réalisée dans ces zones isolées. En raison de la faible densité de population humaine et de la pression limitée exercée par la pêche, les îles lointaines comme Aldabra et Cosmoledo offrent des conditions idéales pour mieux comprendre comment les écosystèmes de récif survivent face à des menaces globales de plus en plus importantes.

Rapa

Les îles Australes de la Polynésie française sont depuis longtemps un paradis naturel à l’abri de l’homme, une région isolée d’une zone déjà loin de tout. Les habitants de Rapa Iti ont calculé que la protection de cette zone contre la pêche et autres menaces pesant sur ses ressources était essentielle pour parvenir à atteindre l'objectif fixé par l’ancien président français Nicolas Sarkozy : la mise sous protection de 20 % des eaux territoriales françaises dans le monde.

Le projet Pristine Seas de National Geographic, associé à PEW et au CRIOBE (Centre de recherche insulaire et observatoire de l’environnement), a mené une expédition sur Rapa Iti et Marotiri, île voisine, pour explorer leurs eaux et inventorier le nombre d’espèces et d’individus présents dans les eaux peu profondes, sur les fonds marins et en haute mer, le tout grâce à des sessions de plongée, des caméras larguées et des caméras dérivantes.
Face à ces nouvelles données et à de nouveaux supports visuels, les habitants de la planète pourront constater par eux-mêmes la beauté et la richesse de cette région isolée, quasi vierge.

Palau

En septembre 2013, le président des Palaos, Tommy Remengesau, a annoncé son intention de protéger 80 % des eaux territoriales des Palaos pour en faire un sanctuaire marin national. En septembre 2014, l’explorateur résident de National Geographic, Dr Enric Sala, accompagné d’une équipe de scientifiques et de réalisateurs, a exploré, inventorié et documenté la diversité et l’abondance de la flore et la faune sous-marines qui seront protégées par ce nouveau sanctuaire marin. L’équipe a également évalué l’évolution des zones marines déjà protégées depuis leur mise sous protection.

Southern Mozambique

La côte sud du Mozambique abrite certaines des populations de mégafaune les mieux préservées, comme les raies mantas, les dugongs et les requins-baleines. En avril 2014, Paul Rose, chef de l’expédition Pristine Seas, y a emmené un groupe de scientifiques et de réalisateurs pour explorer, inventorier et documenter les écosystèmes terrestres et marins de la région. Avec l’aide de l’exploratrice de National Geographic, Andrea Marshall, et de la Marine Megafauna Foundation, l’équipe a réalisé un recensement exhaustif de certains des récifs les plus sains d’Afrique de l’Est.

New Caledonia

L’année dernière, les gouvernements de Nouvelle-Calédonie et d’Australie ont annoncé leur intention de créer un vaste parc maritime dans la mer de Corail, dans les eaux territoriales des deux pays. Toutefois, une large portion de la mer de Corail en Nouvelle-Calédonie, en particulier dans la région occidentale, autour des îles Chesterfield, n’a que peu été explorée.
En novembre 2013, National Geographic s’est associé au Waitt Institute et à l’Institut de recherche pour le développement (IRD) de Nouvelle-Calédonie pour explorer, inventorier et enregistrer des images vidéo de ces récifs isolés dans le cadre d’une expédition Pristine Seas.
L’équipe s’est rendue sur les récifs des Chesterfield et d’Entrecasteaux au nord de la Nouvelle-Calédonie, ainsi que sur ceux de Pétrie et de l’Astrolabe à l’est. Les principaux objectifs de cette expédition étaient de compléter les données scientifiques sur la région et de produire un film documentaire.

Franz Josef Land

L’archipel François-Joseph, un archipel russe isolé, abrite un écosystème arctique sauvage qui comprend des ours polaires, des morses, des baleines, des phoques et de vastes colonies nidificatrices d’oiseaux marins. Mais le réchauffement climatique est en train d’affecter de façon encore inconnue cet écosystème préservé.
En juillet et août 2013, l’explorateur résident de National Geographic, Dr Enric Sala, a mené une expédition Pristine Seas dans l’archipel François-Joseph, en collaboration avec le Parc national Russkaya Arktika, la Société de géographie russe et National Geographic. Un groupe de scientifiques et de réalisateurs internationaux a inventorié la nature vierge de cet écosystème terre-mer et comparé son état actuel avec des références historiques scientifiques et des photographies prises par des explorateurs de la fin du XIXe siècle.
Blancpain est fier de soutenir le projet Pristine Seas de National Geographic.

Desventuradas Islands

Les îles Desventuradas (littéralement « les îles de l’infortune ») sont situées à plus de 850 km des côtes du Chili. Il s’agit de l’une des régions les plus mystérieuses et les plus méconnues du Pacifique oriental. Les fonds sous-marins des îles de San Ambrosio (inhabitée) et San Felix (occupée par un petit régiment de l’armée chilienne) n’avaient jamais été filmés. Il n’existait que très peu d’informations scientifiques sur le monde sous-marin de l’archipel. Le projet Pristine Seas a identifié la zone qui entoure les îles Desventuradas comment étant l’un des derniers environnements vierges d’Amérique du Sud. En février et mars 2013, l’explorateur résident de National Geographic, Enric Sala, a mené une expédition sur ces îles lointaines en collaboration avec notre partenaire Oceana Chile afin d’explorer, d’inventorier et de documenter ce monde inconnu, depuis la surface jusqu’à plusieurs milliers de mètres de profondeur.

Gabon

Le Gabon est un paradis naturel d’Afrique de l’Ouest qui compte 13 parcs nationaux couvrant 11 % de sa surface. Le pays abrite plusieurs espèces de la mégafaune, comme les gorilles, les chimpanzés, les éléphants de forêt et les hippopotames surfeurs, ainsi que des centaines de kilomètres de plages vierges et de lagons côtiers, et de vastes populations de baleines à bosse et de tortues de mer. Toutefois, on ne sait pas grand-chose sur la vie sous-marine du Gabon et aucun équivalent du système de parcs en vigueur sur la terre ferme n’a été mis en place dans les aires marines. Le projet Pristine Seas de National Geographic s’est associé au Waitt Institute for Discovery et à la Wildlife Conservation Society (WCS) pour mener une expédition au Gabon en octobre 2012 afin de mener des recherches sur la région.

Pitcairn

Les îles Pitcairn sont célèbres dans le monde entier car c’est là que les révoltés britanniques du Bounty se sont installés en 1790 après leur mutinerie. Notre expédition de mars 2012 a permis de mettre en lumière les nombreux trésors de ces fonds marins. Nos observations (plus de 450 heures sous l’eau) ont révélé des écosystèmes bien conservés avec des communautés coralliennes intactes et de vastes populations de poissons dominées par de grands prédateurs, comme les requins. Les eaux profondes préservées des îles Pitcairn abritent une biodiversité unique, comme des requins d’eaux profondes rares et des espèces de poissons jusque-là inconnues, autant de preuves de la richesse biologique des eaux de la région. En découvrant les résultats de notre équipe, la communauté des Pitcairn a voté à l’unanimité pour la protection de leurs espaces marins en septembre 2012. Avec nos partenaires, le Pitcairn Council et le Pew Environment Group, nous avons proposé la création de ce qui serait la plus grande réserve marine du monde autour des îles Pitcairn. Le gouvernement britannique étudie actuellement cette proposition.
Back to top