Thumbnail

Expéditions Gombessa

Laurent Ballesta's Gombessa project focuses on studying some of the rarest, most elusive marine creatures and phenomena on Earth. Ballesta and his team use state-of-the-art closed-circuit rebreather diving techniques to reach extreme depths and bring back unique scientific data, photographs, and videos. Their activities are consistently marked by triple challenges of a technical, scientific and artistic nature. To date, there have been four Gombessa expeditions, all underwritten by Blancpain.

Gombessa IV

Une fois par an a lieu une rencontre unique : 18 000 mérous, 700 requins gris de récif et un groupe d’audacieux chercheurs en tenue de plongée. Buffet chaotique où règne le chacun pour soi ou chasse en meute bien organisée ? Lors de l’expédition Gombessa II en 2014, l’équipe de Laurent Ballesta s’était rendue dans la passe sud de l’atoll de Fakarava, réserve de biosphère de l’UNESCO située en Polynésie française, pour étudier la reproduction annuelle des mérous camouflage. Les chercheurs ont été étonnés de constater une densité inhabituelle de requins gris de récif : jusqu’à 700 individus, soit la plus forte densité jamais enregistrée pour cette espèce. L’équipe avait également été surprise par leur comportement de chasse, qui semblait coordonné. Pour approfondir ces observations et mieux comprendre l’écologie et le comportement des requins gris de récif, Blancpain a décidé de faire don à Ballesta et son équipe de 250 000 euros supplémentaires, provenant de la vente de la première édition limitée Blancpain Ocean Commitment. La moitié des fonds a servi à financer le projet intermédiaire « Genesis » de Gombessa IV, qui s’est déroulé en juin et juillet 2016 et a permis le développement et la validation de nouveaux protocoles scientifiques et techniques d’observation. La deuxième moitié des fonds est venue s’ajouter au financement usuel du programme Blancpain Ocean Commitment pour soutenir la plus grande expédition du programme Gombessa à ce jour, Gombessa IV. Le documentaire relatant cette expédition sera diffusé sur ARTE début 2018. En attendant, Blancpain vous invite à découvrir le blog vidéo quotidien de l’expédition Gombessa IV. Les vidéos sont publiées ici tous les jours à 18h, heure de Paris.

Gombessa III

Pour leur troisième expédition Gombessa, Laurent Ballesta et Blancpain se sont rendus en Antarctique pour une mission pionnière qui associe exploration, plongée et photographie. L’expédition fait partie d’un projet plus large lancé par le réalisateur Luc Jacquet (qui a remporté l’Oscar du meilleur documentaire en 2006 pour La Marche de l’empereur), visant à mesurer les conséquences du réchauffement climatique dans cette région polaire et à attirer l’attention du grand public. Le QG de l’expédition Gombessa III a été installé sur la base scientifique française Dumont d’Urville en Terre Adélie. Pour la première fois, une équipe de plongeurs professionnels a pu plonger sous la banquise de cette région du monde.
Toutes inédites, ces plongées ont chacune été un exploit d’un point de vue à la fois humain et technique. La mission a permis de recueillir les toutes premières images naturalistes des écosystèmes sous-marins des eaux profondes de l’Antarctique. À la demande de plusieurs groupes de recherche, en particulier ceux du Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) de Paris et du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) de Marseille, l’équipe de Gombessa III participera à un inventaire de la faune de ces eaux profondes, qui se développe actuellement suite aux effets du réchauffement climatique. Ils partageront toutes leurs vidéos avec les chercheurs afin qu’elles puissent être utilisées pour des publications scientifiques.

Gombessa II

La mission « Gombessa II, Le mystère mérou » s’est déroulée dans la passe sud de l’atoll de Fakarava, dans l’archipel des Tuamotu, en Polynésie française. L’objectif de la mission était de filmer une agrégation unique de mérous camouflage du Pacifique, Epinephelus polyphekadion, et d’illustrer le rôle clé que joue leur reproduction dans l’équilibre de l’écosystème du lagon. Chaque année, lors d’une pleine lune, des milliers de mérous répondent à un appel et viennent se reproduire pendant un moment bref mais spectaculaire dans la passe sud de l’atoll de Fakarava.

Gombessa I

Les expéditions scientifiques Gombessa visent à étudier des phénomènes spécifiques dans toutes les mers du globe. Les missions sont choisies sur la base de leur intérêt naturaliste et se développent généralement autour de trois axes :
- Une énigme scientifique, qui constitue la base de l’expédition ;
- La plongée sous-marine, qui est également au centre de tous les projets Gombessa, l’organisateur de ces expéditions, Laurent Ballesta, étant depuis longtemps un adepte de la plongée avec recycleur à circuit fermé ;
- et enfin un défi artistique lancé aux participants, qui sont invités à prendre des photos et à réaliser des vidéos originales du phénomène étudié.

Le tout réunit des scientifiques spécialistes du domaine concerné, des plongeurs en eaux profondes expérimentés et des cameramans sous-marins talentueux.

Les cœlacanthes occupent une place incroyable dans l’histoire de l’évolution : ce sont les seuls survivants d’une famille qui s’est éteinte avec les dinosaures. Ils portent en eux les traces de l’évolution des poissons devenus les premiers vertébrés terrestres à quatre pattes. Leurs nageoires pédonculées et leurs poumons primitifs sont les preuves vivantes du début de la vie sur la terre. Ce poisson géant est au centre d’un débat houleux entre scientifiques et créationnistes depuis près d’un siècle. Il est considéré comme la plus grande découverte zoologique du XXe siècle, un témoin unique de l’histoire de l’évolution et de l’époque où les animaux sont sortis de l’eau, il y a 370 millions d’années.

Après cette découverte en 2010, il semblait logique d’organiser une expédition scientifique pour étudier le poisson dans son habitat naturel (éthologie, génétique, anatomie…) et en savoir plus sur cet animal. Des généticiens, des paléontologues et des biologistes du Musée national d’histoire naturelle, rattaché au CNRS, le Centre national de la recherche scientifique, du South African National Biodiversity Institute et du South African Institute for Aquatic Biodiversity ont été mobilisés et réunis par Laurent Ballesta pour cette mission, menée en 2013.
Back to top